Pourquoi les limites de la politique monétaire semblent atteintes ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Pourquoi les limites de la politique monétaire semblent atteintes ?

 

1. Dans la PM conventionnelle la baisse des taux d’intérêt vise à rendre le crédit moins cher pour les agents. Mais la crise freine l’endettement des agents qui cherchent plutôt à se désendetter et rend les banques attentistes sur les prêts qu’elles peuvent consentir.

 

2. Dans ce contexte, la BCE est passée à une politique monétaire non conventionnelle. La baisse des taux d’intérêt est désormais impossible à utiliser puisque le taux directeur de refinancement est nul (BCE) et que la rémunération des dépôts de banques auprès d’elle est négatif (incitation pour les banques à prêter). Les taux négatifs se sont répandus sur les marchés et en particulier sur les marchés obligataires secondaires de la zone euro. La PMNC est une PM expansionniste par laquelle la BCE acquiert des titres de dettes souveraines des pays de la zone euro et équilibre son bilan par de la création de monnaie centrale. (Dans la crise Covid, la BCE a acquis des titres primaires de dettes souveraines)

 

3. Le QE a un temps lever l’incertitude des banques (faiblesse des profits dans des prêts à taux bas) mais 1) les bilans des banques sont restés fragiles après la crise de 2008 (titres « pourris »_et 2) baisse de la demande de crédit (ménages et entreprises)

 

4. Les limites de la PM sont atteintes car la PMNC permet à l’économie de tourner mais pas de se relancer.

 

Rappel sur la trappe à liquidité : la BC ne peut stimuler l’économie par voie monétaire : Le taux d'intérêt étant tellement bas, que même en augmentant l'offre de monnaie, les individus préfèrent détenir du liquide plutôt que d'acheter des obligations. Cette hausse de l'offre de monnaie n'a donc aucune influence sur le taux d'intérêt.

 

5. Quant à l’intervention de la BCEAO,   examinant la conjoncture internationale, le Comité a noté la propagation rapide de la maladie due au Coronavirus ou Covid-19 à l'échelle mondiale et l'ampleur des mesures prises pour son endiguement. L’activité économique s'est ainsi fortement ressentie des perturbations dans les chaînes de production, de distribution et de commercialisation, ainsi que d'une montée des incertitudes entourant les perspectives.

Selon le Fonds Monétaire International, le taux de croissance de l'économie mondiale ressortirait à -3,0% en 2020 contre 2,9% en 2019. Cette forte récession montre l’ampleur de l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur l’activité économique mondiale.

Le Comité a passé en revue les principales évolutions de la conjoncture économique internationale et régionale au cours de la période récente, ainsi que les facteurs de risque pouvant affecter les perspectives à moyen terme d'inflation et de croissance économique de l'Union.

 

Notant que les plans de relance mis en place par les États et l'assouplissement progressif des restrictions de déplacement devraient conduire à un redémarrage de l'appareil productif, les membres du CPM ont décidé d'accompagner cette dynamique, en baissant de 50 points de base les taux directeurs de la Banque Centrale.

Le taux d'intérêt minimum de soumission aux opérations d'appels d'offres d'injection de liquidité passe ainsi de 2,50% à 2,00% et le taux d'intérêt du guichet de prêt marginal est ramené de 4,50% à 4,00%.

Cette décision entre en vigueur à compter du 24 juin 2020.

 

Par ailleurs, le Comité de Politique Monétaire a relevé que la situation de constitution des réserves obligatoires par les banques reste confortable. Sur cette base, le Comité a décidé de maintenir inchangé le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l'Union, qui demeure fixé à 3,0%.

Ce prouve que la BCEAO est toujours dans une politique monétaire conventionnelle malgré les difficultés que rencontrent les États membres de l’UEMOA.

 

La prudence dans sa réaction n’est-il pas un facteur de blocage de redynamisation des économises qui la composent ?

Doit-elle oser plus dans sa réaction afin de soutenir plus les besoins de financement des pays membre ?

 

SMDIA

NOS ADRESSES

Sénégal, Dakar, les Almadies, Ngor Route de l’aéroport

  •   (+221) 77 511 59 18 

  • : smoussadia@sose2pem.com

Search